Rechercher dans ce blog

vendredi 24 février 2012

"Visage des Gens du Sud" par Dohan

Avec Visage des Gens du Sud, c'est l'apprentissage de l'Afrique par l’aventure d’un jeune Franco-africain sur les terres Africaines, sa terre d’origine. Car, c’est l’occasion, pour ce jeune, de découvrir l’Afrique noire antique dans ce qu’elle est et a d’authentique. Ainsi, de manière subtile, il livre au lecteur cette Afrique antique dans son organisation, ses luttes d’avant les colonisations, ses affrontements avec l’Afrique du Nord, avec les envahisseurs venus de Nubie et les esclavagistes venus d’orient par les mers.
Second ouvrage, ce roman Visage des Gens du Sud n’est pas seulement un document historique et géographique. Il montre aussi les sociétés Africaines : L’Occident africain avec son organisation en royaumes, l’Empire du Milieu africain ou l’Afrique centrale, avec sa culture, l’Orient africain et l’Afrique australe avec les mouvements des populations et la « bantouïsation ».
C’est en somme une impressionnante organisation méthodique qui livre à l’intelligence du lecteur la connaissance de l’Afrique noire antique de l’africain noir et donc, des sociétés de l’Afrique noire d’avant la colonisation. L’évocation du mariage de l’Afrique contemporaine, n’y est que le rappel de l’existence de l’ancienne société et de sa civilisation, tout comme la domination effective de l’Afrique du Sud par les Anglais est celle de la fin des hégémonies des anciens royaumes et la mise entre parenthèses des évolutions des traditionnels Etats antiques africains par l’occupation coloniale du continent.
Ce roman d’aventure donne aussi, et sans le dire, la vision critique que l’écrivain porte sur la société africaine d’avant, sur ses valeurs, ses tendances, ses prétentions, ses illusions. Il balaye large sur fond d’histoires, grâce auxquelles l’auteur dissèque une humanité africaine antiques et aujourd’hui avec ses civilisations, ses guerres d’organisation spatiales et sociétales jusqu’à l’étouffement par les sociétés occidentales dans leur conquête du monde.
Le livre ne peut se comprendre que si, à la fin, le lecteur se pose des questions sur ce jeune, le voyageur qui voulait découvrir l’Afrique de ses origines ; que s’il se demande pourquoi l’Afrique qu’il voit de l’occident, et qui est une composition sociale de la colonisation, a en définitive une autre histoire que celle que la colonisation a donné à connaitre, et si les mouvements d’aujourd’hui ne sont pas, après la décolonisation, la reprise d’une histoire interrompue.
Impossible donc de quitter Visage des Gens du Sud comme on le fait d’un bon roman plus ordinaire. Qu’on le veuille ou non, il faudra réfléchir sur les civilisations africaines, les connaitre et les utiliser dans les constructions philosophies de l’organisation sociale, économique, administrative et autres pour les nouvelles gouvernances.
Le talent de l’auteur est d’avoir produit une œuvre de formation par une histoire originale, croustillante sous la dent à bien des égards, servie par un style, épicé des faits sociaux et historiques, des récits dramatiques de pouvoir et d'autres à découvrir.
Pour ma part, je me félicite d’avoir découvert ce livre qui n’est pas comme les autres et, par la même occasion, un auteur à la plume agréable et d’un style merveilleux qui m’a fait découvrir Afrique des Etats et des royaumes de l’Afrique antique, des sociétés et des civilisations que la colonisation s’était efforcée d’enterrer, et des pans de leurs histoires guerrières comme on en trouve dans l’histoire de tous les peuples de la terre.
Alors, Daniel Tongning, un écrivain inconnu mais très novateur de la littérature camerounaise et africaine qui promeut l’Afrique et son histoire? La question n’est pas sans fondement car je me la suis posée. Daniel Tongning déchire à sa manière les masques, s’exprime et ne se fera sans doute pas que des amis. Mais qu’importe : Sur la gamme des sentiments suscités par l’écrivain, de l’amour à la haine, tout vaut mieux qu’une indifférence, pourvu que les réflexions naissent et se développent sur les véritables civilisations africaines antiques et d'aujourd'hui, et aident à concevoir des modes de pensée, d’organisation et de gouvernance futurs. Pour cela il mérite d'être connu.

Dohan (Bibliothèque de…)
Libfly, 13 octobre 2010




Enregistrer un commentaire