Rechercher dans ce blog

vendredi 24 février 2012

Mela Ponthy et les sept Sages: Critique par Dohan

Après Discours Poétiques, ma curiosité m’a poussé à lire Mela Ponthy et les sept Sages de Daniel Tongning. Le titre, "Mela Ponthy et les Sept Sages", éclipse presque la nature et l’importance du sujet de l’ouvrage. Le plus curieux regardera le sous-titre de cet ouvrage: Discours sur les causes de l’existence. C’est ce qui m’a décidé car, il annonce pour moi, le contenu (propos sur les maux de l'existence), et les leçons des Sept sages et leur relation avec Mela Ponthy.
J’aime les discours et le discours. Les discours d’abord, parce qu’il en existe, suivant les circonstances de temps et de lieu, suivant l’auditoire, le sujet ou le but, autant de sortes que de genres d’éloquence, et Mela Ponthy et les sept Sages regorge autant de discours que de genre d’éloquence à bien y regarder.
Le discours ensuite, parce que c’est un terme de rhétorique général pour désigner les espèces de compositions qui comprend toute suite de paroles prononcées avec une certaine méthode, avec un dessein déterminé, que l’on adresse soit à des auditoires, soit à des personnes, et « Discours sur les causes de l’existence » s’adresse à plus d’un auditoire et des catégories différentes de lecteurs.
Mais, Mela Ponthy et les Sept sages, l’œuvre, c’est d’elle que je dois parler. Elle m’a séduit :
C’est un Conte Philosophique, conçu dans la tradition littéraire du XVIII siècle qui cherchait à transmettre des idées et des concepts à portée philosophique. Mela Ponthy et les Sept sages est une histoire très agréable à lire, produite sous la forme de plusieurs nouvelles pour dire la critique de la société d’aujourd’hui en ce qu’elle produit de laid dans l’existence de l’homme. Mela Ponthy, le héros, victime lui-même, est le guide qui emmène le lecteur à travers le monde de la souffrance sociale. Les sept Sages représentent dans l’affaire, l’idéal d’une philosophie puisque, honnêtes personnages, ils donnent aux histoires contées, le corpus qui forment l'essence de la pensée de l’auteur sur la laideur des maux de l’existence dans notre société d’aujourd’hui, et pointe l’héroïsme des hérauts qui doivent braver ces maux pour s’arracher de la laideur.
Le livre s'adresse à plus d’un type de lectorat qui peut être aussi mondain, estudiantin qu’influent. Il cherche, et je le soupçonne, à piquer la curiosité pour ouvrir les yeux sur les réalités sociales et culturelles, que le lectorat ne sait ou ne veut discerner, mais que tente de lui révéler l’auteur.
Je soupçonne aussi chez cet auteur, Daniel Tongning, une manière de défendre des idées, en empruntant ce genre littéraire qu’ont particulièrement affectionné les philosophes des lumières comme Voltaire. Lorsque je pense au Discours de la servitude volontaire de La Boétie ou au Discours sur la première décade de Tite-Live de Machiavel, je me dis que, tout bien pensé, le titre de Discours sur les causes de l’existence, qui aurait pu être adopté par l’auteur, attache le livre Mela Ponthy et les Sept sages à la famille des ouvrages à portée philosophique et littéraire. J’ai été agréablement surpris par cet ouvrage et le style de son auteur me plait fort bien.


Dohan (Bibliothèque de Dohan sur libfly.com…)
Libfly, 28 octobre 2010 - http://www.libfly.com/



Enregistrer un commentaire