Rechercher dans ce blog

samedi 6 août 2011

Poésie : Ce que l'homme ne sait pas

Ce que l’homme ne sait pas, c’est qu’il ne sait pas savoir ;
Ce qu’il ne comprend pas, est ce qu’il croit à autrui devoir ;
Ce qu’il ne voit pas, c’est ce qu’il sait, orgueilleux, ignorer ;
Et ce qu’il ne sait maîtriser, il sait, courageux, minorer.
Ce qu’il croit avoir alors, est bien souvent une dette,
Et ce qu’il croit posséder, est souvent la cause de sa perte.
Est-ce à la vie un vil propos, une réflexion ou une sentence ?

Lorsque l'homme ne sait pas dans les choses voir,
Et que dans l’ignorance il croit au monde devoir,
C’est qu’il ne sait pas que, de la vérité, il ignorait
Tout, et intelligemment, savamment, minorait
Ce que, ignorant il détruisait, et en faisait une perte ;
Qu’après coup, avec le temps, il découvre et regrette.
Ici, tout a fuit et on est bien loin de ce qui fait l'aisance.

J’ai eu le temps, tenez-vous bien, de regarder,
De regarder dans les yeux le monde, de le sonder,
De garder en mon souvenir et voir en celui des tiers,
Ces gens qui, même à la terre entière,
Enseignent avec amour qu’il faut comprendre,
Tout ce que le désir au monde veut prendre.
Ils sont toujours, comme cela leur sied dans le devoir.

Ils jurent avec conviction qu’il faut, de tout savoir,
Et de bien combattre, lorsqu’il faut se rendre maître,
De ce qui doit grandir l’homme et le faire naître,
Dans un monde tout neuf, avec sa nouvelle vie,
Toute du neuf faite, où il faut vivre, et pas par survie.
C’est comme dans leur volonté une devise,
Qu’ils annoncent et n’y voient aucune surprise.

Que dire donc du « savoir » ?
Qu’en penser du devoir ?
Que dire lorsqu’il ne faut pas ignorer
Et dire qu’il ne faut de la vie rien minorer,
Pour être puisqu’il le faut, pour bien renaître,
Sans, à une meilleure cause être traitre ?
Voila une interrogation, l'interdiction à penser en rond.

Seulement, pour se conduire en digne meneur,
En homme qui, des autres créatures, n’est pas mineur,
Mais supérieur, et vit par la volonté de l’Univers,
Qui, parfait, ne fait jamais les choses de travers,
Doit-on se tenir ci-devant les hommes, en empereur
Qui, à chaque combat doit cultiver la terreur ?
En questionnant la responsabilité on redoute son abandon.

Daniel Tongning, ce 28 juin 2011 à Pais.
Enregistrer un commentaire